Sandrine Roussel a rénové de la maison de ses grands-parents

Sandrine Roussel renove la maison de sa grand-mère Léa
1,2, 3...partagez !
  • 18
  •  
  •  
  •  

Présentation des propriétaires

Jean-Pierre et Sandrine Roussel sont tous les deux agriculteurs. Ils ont créé leur gîte, La Maison de Léa en 2016.

J’ai rencontré Sandrine Roussel qui m’a raconté son aventure dans la rénovation de la maison de ses grands-parents dans le but d’en créer un gîte.

Découvrons ensemble son portrait !

Jean-Pierre et Sandrine Roussel Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours professionnel ?

Mon mari et moi sommes originaires du Cantal et plus particulièrement de la région de Salers. Nous avons deux filles de 29 et 25 ans qui vivent sur Aurillac. Nous sommes tous les quatre très attachés au département et plus particulièrement à la campagne de Salers et des environs.

Nous sommes issus de familles d’agriculteurs et c’est aussi la profession que nous exerçons tous les deux. Si mon mari a fait directement des études au lycée agricole d’Aurillac pour devenir agriculteur, ce n’est pas mon cas.

Pourtant, j’adore ça depuis toute petite ! M’occuper des animaux est une vraie passion. Je me rappelle que je suivais mon père partout. Mais étant une fille, on m’a dirigé vers le métier d’agent administratif…

Puis je me suis mariée à 20 ans et j’ai repris des études agricoles pour pouvoir m’installer avec mon mari et faire le métier que j’aime.

Aujourd’hui, nous avons une exploitation à proximité d’Anglards de Salers.

Comment avez-vous eu le projet de créer votre gîte, « La Maison de Léa » ?

« La maison de Léa » est la maison de ma grand-mère qui s’appelait Léa. Elle est née dans cette maison puis elle s’est mariée et est partie vivre avec son mari sur son exploitation agricole. Et, quand mes grands-parents ont pris leur retraite, ils sont revenus vivre ici.

Cette maison m’a été léguée par ma mère au décès de mes grands-parents. C’était une maison vieillotte à laquelle j’étais très attachée. Avec mon mari, nous avons tout de suite pensé en faire un gîte. Nous voulions donner une seconde vie à la maison de ma grand-mère et la partager avec nos locataires.

Quels sont les moyens que vous avez mis en place pour concrétiser votre projet ?

Au départ, nous n’étions pas vraiment partis pour faire de gros travaux. Nous voulions simplement rafraichir la maison notamment pour des questions de budget. Mais au fur et à mesure, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait faire de gros travaux pour vraiment mettre en valeur la maison.

Il aurait été dommage de ne pas tout faire d’un coup !

Nous avons donc contacté Gîtes de France Cantal pour nous accompagner dans les travaux et pour monter un dossier de subvention.

Pourquoi avoir choisi Gîtes de France ?

Nous connaissions les Gîtes de France car mes parents avaient un gîte et mes beaux-parents en ont deux. Et puis nous savions que les Gîtes sont un organisme sérieux.

C’est Carole, technicienne aux Gîtes de France Cantal, qui nous a accompagnés dans notre projet.

Elle a assuré un suivi des travaux et a fait le lien entre nous et les architectes du CAUE. Les architectes nous ont conseillés sur les travaux à réaliser. Ils nous ont donné plein de bonnes idées et nous ont aidés sur le choix de conserver ou non la véranda que mes grands-parents avaient installée.

Elle était en bon état et avait une valeur sentimentale pour moi : j’y avais des souvenirs de mes grands-parents. Cependant, les architectes du CAUE et Carole m’ont conseillé de ne pas la garder. Nous l’avons donc supprimée et c’est vrai que le résultat est mieux sans cette petite véranda qui aujourd’hui est remplacée par la terrasse.

Carole nous a apporté une grande aide pour les dossiers de subventions.

Elle nous a aussi guidé sur le mobilier et l’aménagement en général du gîte par rapport à la grille de classement Gîtes de France. Elle nous a donné une étude prévisionnelle des locations et conseillé sur les tarifs appliqués dans la région…

Une fois les travaux terminés, c’est Carole qui est venue agréer notre gîte. Elle a fait un suivi global de notre projet en venant voir la maison puis après par téléphone ou lors de nos rendez-vous à l’agence d’Aurillac. Elle nous a vraiment accompagnés dans notre projet.

« Gîtes de France est un label dans lequel les gens ont confiance. C’est un gage de qualité de service pour les propriétaires et pour les clients puisque les hébergements sont contrôlés régulièrement », conclut Sandrine Roussel.

Quels gros travaux avez-vous réalisé ?

En tout, nous avons eu 7 mois de travaux et d’aménagement ce qui est assez rapide. Il nous a fallu un hiver : de novembre 2015 à mai 2016.

Nos artisans ne nous ont pas laissé tomber ! Nous avons suivi les travaux de près tout en essayant d’en faire un peu de notre côté. C’était motivant de travailler en même temps que les artisans !

Avant de réellement commencer les travaux, c’est mon mari qui a déblayé les lambris et cassé les cloisons. La pièce principale actuelle était divisée en trois pièces dont une chambre et une cuisine… Il y avait du lambris partout, dans la cage d’escalier, sur les plafonds… Derrière le lambris de la cage d’escalier mon mari a trouvé non pas un trésor mais du vieux foin qui servait d’isolant. La maison avait vraiment besoin d’un bon rafraichissement !

Pour les gros travaux nous avons fait appel à des artisans locaux que nous connaissions. Ils ont réalisé des travaux qui se voient et d’autres qui ne se voient pas. Par exemple, nous avons dû faire l’isolation du mur où se trouve le Cantou. Vu que la maison est semi-enterrée, ce mur avait tendance à être humide. Il a fallu décaisser le terrain pour installer un geo textile contre le mur puis reformer le talus.

Parmi les gros travaux principaux, nous avons créé une ouverture entre la maison principale et l’actuelle salle de jeux qui est située à l’arrière de la maison et qui dispose d’un accès direct sur le jardin. Sans les subventions, nous n’aurions pas pu créer cette ouverture et créer la salle de jeux !

Nous avons, au rez-de-chaussée, décaissé la pièce qui se trouve à l’arrière du séjour pour pouvoir y créer une buanderie et des toilettes. Nous avons fermé le Cantou pour y installer un poêle à bois. Et bien sûr, il y a eu les travaux d’électricité et de plomberie.

Pour l’extérieur, nous avons gardé la façade en l’état et on a construit un mur pour fermer le jardin à la place de l’ancienne haie. Avec l’espace que nous avons gagné, nous avons construit une belle terrasse et un barbecue en pierre qui sont très appréciés l’été.

Et concernant la décoration et l’aménagement du gîte ?

Mon mari et moi adorons la décoration. C’est nous qui avons choisi la décoration et l’ameublement. Nous avons aussi fait toutes les peintures, les papiers peints et le traitement des parquets.

Nous n’avions pas d’idée précise pour la décoration du gîte, nous avons visité plusieurs magasins de décoration pour nous donner des idées. Nous nous sommes fait un plaisir d’aller choisir les carrelages, les peintures, la cuisine… ainsi que les éléments de décoration.

Nous avons conservé quelques meubles qui appartenaient à mes grands-parents comme la table de ferme et ses bancs, l’armoire qui contient la TV et une commode dans une chambre. Nous souhaitions ainsi garder le charme de l’ancien tout en apportant le confort moderne.

Pour les carrelages et les peintures, nous avons choisi des tons clairs afin d’apporter un maximum de lumière à la pièce de vie et mettre en valeur les poutres du plafond et les murs en pierres volcaniques apparentes. Nous avons opté pour des huisseries avec des cadres fins et une porte d’entrée totalement vitrée afin de permettre à la lumière d’entrer dans le gîte.

Afin de sécuriser l’escalier, nous avons eu l’idée d’installer une verrière qui apporte un peu de modernité et de clarté à la cage d’escalier.

La terrasse et l’entrée, orientées plein sud, permettent de profiter pleinement des après-midis ensoleillés.

Est-ce que certains objets de décoration ont une histoire ?

Les petits tapis dans la salle de jeuxOui, les petits tapis de la salle de jeux ont une histoire !

Je les ai fabriqués à partir de petits échantillons de tissus que des amis de mes grands-parents leur avaient laissés. Ils étaient vendeurs de toiles, de draps… et laissaient souvent des petits carrés de tissus avec lesquels je jouais enfant.

Certains étaient des imitations de fourrure. J’en ai retrouvé suffisamment et j’en ai fait des tapis.

L'ancienne porte d'entrée en décoration dans l'escalierLa porte qui décore aujourd’hui l’escalier aussi est un souvenir.

Je souhaitais conserver l’ancienne porte d’entrée de la maison mais sans savoir comment la mettre en valeur. C’est une belle porte et il aurait été dommage de la jeter.

Mon mari a eu l’idée de se servir de celle-ci pour décorer l’escalier. Nous l’y avons installée et elle permet de couper un peu la montée qui est assez haute. Cette idée nous a permis de conserver ce souvenir dans le gîte.

Quel est votre plaisir au quotidien en tant qu’hôte ?

« J’appréhendais un peu, au début, parce qu’avec mon métier d’agricultrice, je n’ai pas l’habitude d’accueillir des gens » sourit Sandrine Roussel.

Mais en fait, je prends beaucoup de plaisir à accueillir mes locataires. Mon mari lui adore ça, il aime bien discuter, partager, échanger… Si notre emploi du temps le permet, nous accueillons nos clients ensemble.

Nous les accueillons avec une boisson et des biscuits de notre boulanger. Pour compléter cet accueil, j’ai fait de la confiture et ma fille va me faire de belles étiquettes « La maison de Léa » pour coller dessus.

C’est très agréable d’accueillir des personnes différentes et qui viennent d’un peu partout. On échange beaucoup et c’est devenu pour moi une vraie passion.

Est-ce que vous partagez votre passion pour les animaux, pour votre métier avec vos locataires ?

Pour ceux qui ont vu sur le site ou ceux qui me demandent quelle est ma profession, oui. Je ne veux pas imposer mon travail aux gens qui viennent en vacances.

S’ils sont intéressés par l’agriculture ou curieux de voir les vaches, je leur propose de venir me voir sur l’exploitation. Elle se trouve à 5 minutes du gîte.

L’agriculture est une passion pour moi donc cela me plait de la partager avec mes locataires. Je leur conseille également la promenade des estives qui traverse la montagne où ils peuvent aller y voir nos vaches.

Une autre passion que vous partagez avec vos locataires ?

Avec mon mari, nous aimons bien faire de la randonnée. Nous conseillons nos clients sur les balades et randonnées autour de chez nous et du gîte.

De plus, à Anglards-de-Salers nous avons l’association « Chemin et Patrimoine » qui a mis en place plusieurs petits circuits de randonnée très bien expliqués. Nos locataires apprécient ces petites randonnées à proximité du gîte.

Une anecdote à nous raconter ?

Une fois nous avons reçu un couple de retraités qui étaient cinéastes animalier. Ils avaient travaillé pour Ushuaïa et des organismes assez connus. Ils étaient eux aussi passionnés par la faune et la flore et nous avons beaucoup échangé.

Le monsieur m’a alors dit : « Je suis venu dans votre gite car je suis à la recherche du cingle plongeur. C’est un oiseau ! Et je pense qu’il y en a dans votre région. »

Je lui ai dit que nous n’avions pas cet oiseau par ici mais à la fin de son séjour il nous annonçait qu’il l’avait trouvé. Le fameux cingle plongeur nichait sous un pont dans la vallée du Mars. Et il a réussi à le prendre en photo !

Que vous apporte le service commercial de Gites de France Cantal ?

Toutes les locations du gîte « La maison de Léa » sont faites et suivies par le service commercial du Cantal.

Ce service m’aide beaucoup car il prend en charge tout ce qui touche aux réservations : mise à jour des plannings, édition et envoi des contrats de location, gestion des règlements et de la facturation… je n’aurai pas le temps de m’en occuper moi-même avec mon travail.

C’est également un soulagement car je sais que tout est fait correctement et que les clients sont bien accueillis au téléphone ou par email.

Est-ce que vous avez internet au gîte ?

Non, pas encore mais on pense le mettre. C’est stipulé sur l’annonce Gîtes de France que notre hébergement ne dispose pas d’Internet donc nous n’avons pas vraiment eu de demande en ce sens.

Cependant, nous avons reçu un couple de retraités passionnés de généalogie à qui internet a manqué durant leur séjour. Ils étaient venus pour faire des recherches sur leur famille. Ils portaient un nom très courant dans la région et voulaient en apprendre plus.

Ils auraient bien aimé pouvoir approfondir leur recherche en allant sur internet et nous ont signalé ce manque lors de leur départ.

Votre gîte est tout récent mais comment le voyez-vous dans 20 ans ?

Peut-être, faire quelques petits travaux d’améliorations, de décoration… Mais surtout améliorer le jardin !

Mon mari est un passionné de jardinage et il aimerait bien que le jardin soit « au top » : qu’il y ait plusieurs arbustes, des fleurs…

Après, au niveau de l’intérieur, on souhaite que le gîte bouge, qu’il évolue. Il ne restera pas figé, on changera la déco… au fil du temps.

Un mot pour la fin

J’ai hésité à me lancer seule, heureusement mon mari était là. Je ne regrette rien, bien au contraire !

Et cette maison je l’aime de plus en plus.


1,2, 3...partagez !
  • 18
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.