Portrait de propriétaire Philippe et Nadine Danthine

Le gîte « Le Harpail » situé au Falgoux dans le Cantal est l’histoire d’un coup de cœur. C’est l’histoire de Nadine et Philippe Danthine venus de Belgique pour voir des amis et tombés amoureux du lieu.

Je vous propose de découvrir avec moi, ce couple de propriétaires belges qui partage leur « petit coin de paradis » avec des vacanciers.

Présentation des propriétaires

Philippe Danthine est un médecin de campagne à la retraite. C’est un homme qui aime la campagne, qui ne vit que pour la nature. Il est marié à Nadine qui a travaillé comme décoratrice et qui travaille maintenant dans « la chaussure ». Dans le cadre de son travail, elle part en Chine dix fois par an.

Nadine a un grand fils et Philippe a trois grands enfants qui viennent de temps en temps en vacances au gîte. Ils aiment tous beaucoup l’endroit qu’ils ont découvert en même temps que le gîte.

Laissons Philippe et Nadine nous parler de leur « petit coin de paradis ».

Pourquoi le Cantal ?

Il y a dix ans nous avons découvert le Cantal suite à l’invitation d’un bon ami français. Nous sommes donc venus passer quelques jours dans le Cantal et nous sommes tombés sous le charme du Falgoux. Nous avons beaucoup apprécié les paysages, la nature et le calme qu’offre l’endroit. L’année suivante, nous avons eu l’opportunité d’acheter une vieille grange à proximité de celle rénovée par notre ami. Nous avons saisi cette occasion et nous nous sommes lancés dans un énorme projet de rénovation piloté depuis la Belgique.

Le projet

Nous avons commencé à chercher une maison à vendre et à rénover. Habitant loin, c’est grâce à nos amis que nous avons trouvé cette grange. Elle n’était pas à vendre, mais elle était à l’abandon. Nous avons donc fait une proposition d’achat qui a été acceptée. Et nous nous sommes lancés dans les travaux. En tout, il y a eu deux ans de travaux entre la rénovation de la grange et la décoration intérieure.

Le gros œuvre

Nous avons contacté un architecte après avoir fait une recherche sur Internet car nous ne connaissions personne ici à part nos amis. Nous avons tapé « architecte du Cantal » puis nous en avons contacté un basé à Mauriac. Nous l’avons rencontré à l’auberge du Falgoux et, après avoir défini le projet, il nous a proposé de travailler avec les artisans des différents corps de métier avec lesquels il avait l’habitude de fonctionner.

Cette proposition nous a bien arrangés car nous ne connaissions pas d’artisans locaux.

L’architecte nous a annoncé 2 ans de travaux. Nous avons accepté et commencé le projet avec un pilotage à distance depuis la Belgique via internet.

Les artisans qui ont travaillé dans notre gîte étaient tous fabuleux ! Nous avons rencontré des personnes extraordinaires, passionnées par leur métier. C’était un plaisir de travailler avec eux ! Ils étaient tous soucieux de la qualité de leur travail.

Nous avons gardé de très bons contacts avec le menuisier qui a fait un excellent travail sur le plancher du gîte.

Le couvreur qui a refait le toit lauze par lauze est un véritable artiste. Il a démonté tout le toit pour faire l’isolation puis il l’a remonté ensuite. C’était exceptionnel !

Les artisans ont réalisé tout le gros œuvre et nous avons fait la déco.

Nous sommes venus tous les trois mois pour voir et suivre l’avancée des travaux ainsi que pour chaque phase importante. Le reste, nous l’avons fait grâce à des échanges sur Internet.

La Belgique est à 900 km du Falgoux et sans Internet il aurait été difficile de suivre aussi facilement les travaux.

La décoration

Nous avons ramené quelques meubles de chez nous, quelques buffets que nous avions. La table en aluminium aussi vient de Belgique. C’est un architecte belge qui fabrique ces tables. Mais pour le reste nous l’avons trouvé dans des magasins de décoration du coin.

En fait, les grosses pièces viennent de Belgique et pour le reste, les lustres, les petits éléments de déco, etc. ça vient d’une petite boutique de décoration de Mauriac.

Nous avons réalisé la décoration en fonction du bâtiment. Nous n’avions pas de thématique précise quand nous avons commencé, nous l’avons créée petit à petit.

Par exemple, pour le plancher du gîte qui est en bois brut, nous avons beaucoup discuté avec le menuisier. Nous avions des idées nouvelles pour celui-ci alors que le menuisier avait l’habitude de créer des planchers traditionnels du Cantal. Ce mélange d’idées a donné de beaux parquets posés de façon traditionnelle, en bois naturel, brut et non verni. Le débat a duré assez longtemps pour définir le type de plancher plus contemporain mais aujourd’hui le menuisier le propose à tous ses clients.

Nous avons également sablé les poutres qui étaient très foncées pour leur rendre leur couleur naturelle.  Nous avons conservé seulement un petit bout de mur en pierres apparentes, juste derrière la cheminée. On nous avait déconseillé de garder ce type de murs au niveau de l’isolation, mais nous souhaitions en avoir un petit peu.

Les autres murs sont doublés avec du placo qui aurait normalement dû monter jusqu’à la pente du toit. Mais nous avons préféré arrêter le placo avant la sous-pente afin d’avoir une ligne droite et de pouvoir y encastrer des spots pour créer une ambiance cosy.

En fait, nous avons travaillé sur plein de petits détails, de petites touches personnelles qui ont ensuite créé l’esprit du gîte.

Votre gîte aujourd’hui

Nous louons toute l’année en gardant quelques périodes pour nous. Nous venons 3 fois par an au Falgoux. Le reste du temps, nous louons la maison via les Gîtes de France du Cantal. Nous avons une clientèle plutôt familiale des couples avec leurs enfants ou leurs petits enfants ou des couples seuls. Les enfants qui viennent sont assez jeunes, nous n’avons pas beaucoup d’ados… c’est trop calme ici pour eux !

Nous habitons loin et nous ne pouvons pas faire l’accueil de nos clients. C’est la voisine du gîte qui s’en occupe, c’est notre mandataire. Elle est super, elle connait plein de choses sur le département et les alentours ; pour les touristes c’est top.

C’est assez difficile de trouver une mandataire pour s’occuper du gîte lorsque l’on vit loin. C’est une chance d’avoir Ingrid. C’est la femme d’un ami chasseur du coin. Du coup, les touristes peuvent partir en promenade avec le mari d’Ingrid pour observer les chamois.

Ingrid s’investit vraiment dans l’accueil du gîte et son entretien. C’est un peu sa maison à elle aussi. Elle est passionnée par son activité d’hôtesse et nos clients l’apprécient beaucoup.

Du coup, nous avons peu de contacts avec les personnes qui séjournent dans notre gîte. Mais afin de partager un peu leur ressenti, nous leur proposons de nous laisser un mot dans le livre d’or du gîte. Nous aimons beaucoup le consulter quand nous revenons. Nous avons plein de messages agréables, des dessins… C’est un vrai plaisir !

Certains locataires nous envoient des emails, nous partagent des photos. C’est très agréable pour nous et nous leur répondons toujours avec grand plaisir.

À chaque fois que nous revenons, nous ajoutons ou réalisons quelques petits travaux de peinture ou de décoration. Ainsi, le gîte est ouvert depuis 7 ans et il est neuf depuis 7 ans !

Nous voulons que nos clients trouvent un gîte en bon état et bien entretenu, c’est pour cela que nous soignons les détails avec l’aide de notre mandataire. Ils profitent ainsi mieux de leurs vacances.

Les Gîtes de France et vous ?

Au départ, nous avons lancé ce projet pour en faire notre résidence secondaire, pas pour en faire un gîte ! Puis l’idée nous est venue de le louer, d’une part pour amortir un peu le coût des travaux et d’autre part pour partager notre petit coin de paradis.

Nous avons contacté les Gîtes de France d’Aurillac pour avoir des informations sur les locations, mais en étant un peu inquiets. Nous avons créé un hébergement de qualité, 4 épis en Gîtes de France et nous avions peur d’avoir des dégradations en le louant.

Carole, la technicienne des Gîtes de France avec qui nous avons pris contact nous a de suite rassurés en nous disant que la clientèle Gîtes de France était respectueuse du travail réalisé dans les gîtes.

Et c’est vrai que nous n’avons jamais eu de problème.

Notre gîte est en service de réservation depuis son ouverture et nous louons très bien. Être en service de réservation nous évite de devoir gérer les contrats, les plannings… Nous sommes plus sereins, l’équipe d’Aurillac s’occupe de tout. C’est un gain de temps pour nous, car à l’ouverture du gîte nous travaillions encore tous les deux.

Nous souhaitons continuer à partager notre petit paradis autant que possible. La seule chose qui pourrait nous arrêter aujourd’hui c’est que notre mandataire arrête son activité d’accueil et que nous ne puissions pas la remplacer.

Une phrase pour conclure

Nous vivons notre activité d’hôtes à distance et c’est un cadeau d’ouvrir le livre d’or et d’y trouver tous ces messages à chacune de nos visites. Nous sommes fiers de notre maison et heureux de pouvoir partager notre bonheur avec les personnes qui y séjournent.

Le Relais Départemental du Cantal participe à la campagne publicitaire nationale et inédite des Gîtes de France®

#partageonsdesmomentsuniques

Gîtes de France®, acteur de référence européen du tourisme chez et par l’habitant, a lancé une campagne publicitaire inédite. S’appuyant sur la force de son réseau national – 42 000 propriétaires proposant plus de 70 000 hébergements en France -, Gîtes de France® propose la plus grande campagne personnalisée dans le secteur du tourisme.

Le Relais Départemental du Cantal participe à cette opération inédite avec 10 spots réalisés par les propriétaires de son territoire.

Continue reading